Exposition « Le groupe Gallais et le femmes résistantes dans la région fougeraise »

, par @Bruz_Citoyenneté

Dans le cadre des journées de la résistance et de l’inauguration de la rue Huguette Gallais, Bruz Citoyenneté et la médiathèque du Grand Logis vous proposent cette exposition réalisée par les archives de Fougères.
Du 18 novembre au 2 décembre / Médiathèque du Grnad Logis / Accès libre et gratuit

Onze panneaux retracent l’itinéraire du groupe de résistance Gallais. Un itinéraire qui les conduit de la révolte dès la débâcle de juin 1940 à la Résistance avec « Ceux de la Libération ». Une Résistance de la première heure particulièrement audacieuse et qui se termine mal, avec l’arrestation du groupe Gallais et de son leader, René, le 9 octobre 1941. Le dispositif de répression nazi « Nuit et Brouillard » entraîne 14 courageux Résistants dans un long périple en Allemagne. Puis c’est le procès de Munich le 23 février 1943, l’exécution de huit Résistants le 21 septembre 1943... Juste avant de mourir, Raymond Loizance confie une lettre avec cette phrase sublime à un camarade, à l’intention de ses parents : « tu leur diras de regarder dans tes yeux où j’ai laissé mon dernier regard ». On retrouve ce texte et bien d’autres documents dans cette exposition.

Huguette Gallais et sa mère de retour de déportation.

1623 jours de déportation, 5 510 km parcourus : voilà quelques chiffres qui situent le parcours d’Huguette et Andrée Gallais sa mère dans l’Allemagne nazie. Après les geôles, les camps. Celui de Ravensbrück tout d’abord, puis Mauthausen jusqu’à la libération le 22 avril 1945. Elles reviennent de l’enfer. De retour à Fougères, elles ne pèsent que 28 kg chacune. On a peine à croire en lisant l’exposition que leur séjour à Fougères ne fut pas de tout repos et que l’errance devait continuer au moins 10 ans pour ces deux femmes que la vie n’a décidément pas épargnée.
Si exemplaire soit-il, l’héroïsme du groupe Gallais ne doit pas faire oublier d’autres Résistances, notamment celles de femmes. L’exposition préparée il y a deux ans par des lycéens de seconde MDS-C et de terminale bac pro bureautique du lycée professionnel Jean-Guéhenno, avec le concours des professeurs Catherine Hamon, Nathalie Martin et Annie Busnel, présente deux panneaux « sur les femmes résistantes dans la région fougeraise ». On peut lire les actions de Micheline Leguay, Denise Delanoë, Madame Ollivry, Yvonne Police, Thérèse Pierre, Germaine Guénée-d’Angest, Germaine Dulong-Guénée dite « Lucienne », Thérèse Bonniard, Mlle Denis, épouse Bouffort, dite « Lucie », Thérèse Robidou, Marie Colas, Angèle Fresnel, Odile Gautry, Jeanne Boivent mère de Jeanne et Georgette, Jeanne Boivent fille, Georgette Boivent fille, Georgette Boivent (la tante).
Article Ouest-France : Eric Chopin